historique du spina bifida

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Le Spina Bifida pendant l'antiquité

Le Spina Bifida existe depuis la nuit des temps, dans les recherches de DENISE FEREMBACH (1963) où elle a étudié la fréquence du Spina Bifida occulta dans les squelettes humains  préhistoriques.

Dans une tribu «TAFORALT» dans la région de BENI-NASSEN (MAROC), l’abbé J. ROCHE déterra environ 80 squelettes de type MECHTA-AFLOU, en rapport avec l’âge industriel IBERO-MAURUSTIN.

Ces restes remontent à 10.500 – 12.070 ans, les sacrums adultes de ces séries sont caractérisés par la présence d’une déhiscence de la crête sacrée connue sous le nom de Spina Bifida chez l’homme moderne.

Le plus ancien squelette atteint de spina bifida était celui d’un enfant d’environ 2 ans, trouvé dans une sépulture d’Amérique du nord.

Pendant l’antiquité, cette malformation a été décrite par des médecins arabes et Hippocrate.

Le Spina Bifida après le 15eme sciècle jusqu'au nos jours

En 1602, dans son livre « observation médicale », NICOLAS TALPINS a fait la première description de spina bifida, il a reconnu l’atteinte de système nerveux central par la poche situé au niveau du dos de grand nombre d’enfants, depuis le terme de spina bifida est élargi à un grand nombre de malformations de la ligne médiane de l’enfant . 

En 1761, MORGANI rattacha l’hydrocéphalie au spina bifida , l’anatomie et la physiologie du LCR n’étaient pas reconnue a son époque ou il écrivait sa phrase « Hydros. Cérebri et médullaire ». 

JOHN CLELAND, en 1833 a publié son livre intitulé «contribution à l’étude de spina bifida, de l’encéphalocèle» ou il mentionne le travail de MORTON, sa description est la pièce maitresse de l’anatomie de spina bifida, influencé également par les travaux de LEBEDEFF et AHFELD. 

En 1886, VON RECKLINGHAUSSEN décria un spina bifida occulta avec des stigmates, certains à l’autopsie et conclut à l’apparition de malformation après fermeture du tube neurale. 

En 1925, HOLMDALL rapporta les événements embryologiques présidant à la formation de ces besoins lombo-sacrés associés au spina bifida. 

En 1940, LICHTENSTEIN rapporta de nombreuse exemples de dysraphisme spinal résultant du non fermeture du tube neural. 

En 1942 il décrivait les complications neuro-anatomique à distance du dysraphisme spinal (sténose de l’aqueduc de Sylvius, malformation du tronc cérébral et hydrocéphalie), qui serait ducs à une moelle fixée.

BROCHLEHURST (1968-1969), décrivait un embryon de 95mm atteint de spina bifida, il compara à un embryon de 90mm, il confirma les constatations de BARRY (1957) et il constata que l’overgrouth est au contraire diminué dans la plaque neurale et que la malformation est due à une disproportion entre la quantité de tissu neuroétodermique et le mésoderme environnant. 

De nos jours, la théorie de GARDNER est battue en brèche par de nombreux modèles expérimentaux produits par les autres américains et japonais.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Lire dans le même sujet :